Équipe

COMITÉ DE RÉDACTION
Julie Alary Lavallée
Amber Berson
Esther Bourdages
Christina Haralanova
Corina MacDonald
Katja Melzer
Candace Mooers
Deanna Radford

RÉDACTRICE EN CHEF
Sophie Le-Phat Ho

COORDONNATRICE DU BLOGUE
Michelle Dobrovolny

WEB ET DESIGN
Stéphanie Lagueux

COORDONNATRICE GÉNÉRALE
Ximena Holuigue

 

Julie Alary Lavallée compte des études de premier cycle en arts visuels (BFA Studio Arts) effectuées à l’Université Concordia et prépare actuellement sa thèse de doctorat à l’Université de Montréal (UdeM) en histoire de l’art sur l’art contemporain chinois et indien dans le champ des études muséales et marchandes de l’art. Auxiliaire d’enseignement au Département d’histoire de l’art de l’UdeM, elle exécute actuellement un stage relativement aux archives du centre d’artistes Optica, lieu de diffusion avec lequel elle collabore en tant qu’auteure. Elle œuvre aussi à titre d’auteure pigiste pour la galerie Art Mûr et au Centre d’exposition de l’Université de Montréal en tant qu’assistante aux communications et aux activités éducatives. Outre la présentation de ses recherches académiques ici comme à l’étranger, Julie Alary Lavallée a publié dans des ouvrages sur l’art contemporain et sur la conservation du patrimoine. Membre du comité d’administration du Studio XX et de son comité de programmation depuis 2012, elle est récipiendaire du concours Jeunes critiques d’art de la revue esse arts + opinions (2011) et agit à titre de commissaire d’exposition indépendante. Elle figure parmi les fondateurs d’Ex-Situ, la revue étudiante en histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal. Polyglotte, elle s’intéresse à la fois aux phénomènes locaux et globaux de l’art et désire parcourir le monde!

Amber Berson est passionnée d'art et de son potentiel à mener au changement social. Ses recherches actuelles focalisent sur ​​l'art et le deuil, les pratiques muséales, la théorie narrative, la culture des centres d’artistes autogérés, la mythologie de l'art national et les collections vernaculaires. Son mémoire de maîtrise, exécuté à l'Université Concordia, examinait la façon dont les femmes autochtones, disparues et assassinées, ont été représentées dans l'art canadien. Elle travaille pour et en collaboration avec les centres d'artistes autogérés. Plus récemment, elle a agit à titre de commissaire à Eastern Bloc dans le cadre de plusieurs éditions du festival SIGHT & SOUND, de la série Salon : Data, de l’exposition Département des nuisances publiques et d'autres projets. Elle a aussi été commissaire de la résidence The Wild Bush dans un chalet à Val David; de In Your Footsteps à la Galerie VAV à l’Université Concordia, de The Magpies Nest au Homestead Wenger (Pennsylvanie) et de We lived on a map… présenté au CEREV (Centre for Ethnographic Research and Exhibition in the Aftermath of Violence) à Montréal. Elle a aidé à la coordination du Registre Courtepointe Québec, à l’organisation des archives picturales de Guido Molinari, à la recherche de vêtements métis dans les collections européennes et veut généralement que vous la laissez fouiller dans vos affaires.

Esther Bourdages œuvre dans le milieu des arts visuels à titre d’auteure et commissaire. Détentrice d’une maîtrise en histoire de l'art de l'Université de Montréal portant sur le sculpteur suisse Jean Tinguely, elle étudie la sculpture dans le sens élargi (art in situ, installation) en relation avec l’art sonore et les arts numériques. Sous le nom Esther B., elle joue du tourne-disques jouet, manipule des disques vinyles et enregistre des échantillons sonores sur le terrain (field recordings). Elle pratique l’improvisation, action qui lui permet de créer une musique brute, non-linéaire et ponctuée tantôt de citations sonores trafiquées ou de sons abstraits : textures principalement produites par le disque qui a connu certaines opérations d’altération (sablage, découpage, etc.). Elle fait partie du trio de platinistes Vinyl Interventions avec Carrie Gates (Saskatoon, Saskatchewan) et Marinko Jareb (St Catherines, Ontario). Ensemble ils développent depuis 2002 un atelier portant le nom éponyme Vinyl Interventions dans lequel EB y donne la communication The Echo of the Vinyl Record, Between the Sound and the Visual, Between the Past and the Present. De plus, elle organise la série de concerts dédiée aux nouvelles musiques Un microphone dans une tempête de noize depuis 2002. Elle s’implique dans les centres d’artistes et les structures indépendantes depuis plusieurs années, tels que Quartier Éphémère (depuis 1996), Agence Topo, Eastern Bloc et la radio de CKUT.

Michelle Dobrovolny a débuté sa carrière en tant qu'auteure pour l'Encyclopédie du Manitoba, un projet d'édition monumental qui l’a exposé à tout, de l'histoire à la politique, en passant par la géographie. Déménagée à l'étranger, elle a écrit pour The Prague Post et le journal politique Pritomnost en République tchèque avant de retourner à l'école pour obtenir une maîtrise en journalisme de l'Université de Swansea et de l'Université d'Amsterdam alors qu'elle travaillait pour le bureau des nouvelles anglaises de Radio Netherlands Worldwide. À la suite de ses études, elle a accepté un poste de formatrice en médias auprès de l’ONG canadienne Journalistes pour les Droits Humains au Malawi. Elle est demeurée en Afrique comme journaliste pigiste avant de retourner au Canada, son pays natal. Elle aime le cyclotourisme et a parcouru 3000 kilomètres en vélo lors d’un voyage personnel de Winnipeg, au Manitoba, à Galveston, au Texas.

Christina Haralanova  est une féministe, activiste du logiciel libre et formatrice en utilisation stratégique des technologies de l'information et de la communication. Elle a travaillé au cours des dix dernières années auprès de mouvements féministes dans le monde pour l'appropriation des technologies de l'information et de la communication à travers les principes de la solidarité, de la liberté du logiciel et de la confidentialité de l’information. Sa thèse de maîtrise traite de la contribution des femmes au développement de logiciels libres et ouverts mettant en évidence des exemples de contributrices femmes et remettant en question l'écart la fracture numérique entre les hommes et les femmes. Depuis l'automne 2010, elle est inscrite au programme de doctorat en sciences de la communication à l'Université Concordia.  

Ximena Holuigue est la coordonnatrice de la programmation et de la revue électronique .dpi au Studio XX. Basée à Montréal, elle détient un baccalauréat en production cinématographique de l'Université Concordia où elle a fait ses débuts dans le documentaire et en photographie. Depuis, son travail explore des modes d'expression qui vont de la photographie, au film, de la céramique à la sérigraphie sous un multi-procédé nommé "cinéramique". Ses oeuvres font partie d'une série d'explorations narratives autobiographiques réalisées au Canada, aux États-Unis, au Chili et à Cuba. Au cours des dernières années, elle a pris part à la production d'événements culturels tels que les festivals Art Matters, Pop Montréal, les éditions 2007 et 2010 de la biennale HTMlles, ainsi que la Tournée Pipeline Trans-Canadienne du Studio XX.

Stéphanie Lagueux est webmestre au Studio XX depuis 2002 et directrice des archives en ligne Matricules. Elle est aussi chargée des sites Web, de l'infographie et de la formation pour d'autres organismes (3e impérial et RAIQ). Issue du baccalauréat en arts et design de l’Université du Québec en Outaouais en 1998, elle a débuté sa pratique en arts médiatiques par le biais de son implication dans les centres d’artistes Axe NÉO-7 et DAIMON. Elle a présenté son travail au Québec (Studio XX, Vidéographe, Vidéo Femmes, Musée régional de Rimouski, l’Art qui fait boum et 3e impérial) avec, entre autres, l’installation vidéo interactive et Web Le corps social. Elle travaille actuellement en duo avec Jonathan L'Écuyer à l'installation et jeu vidéo Conversations sur l'oreiller.

Sophie Le-Phat Ho est une chercheuse et organisatrice culturelle de Montréal. Formée en tant qu’archiviste, elle a également complété une maîtrise en anthropologie médicale au Goldsmiths College (University of London) au Royaume-Uni à la suite de ses études à l'Université McGill en environnement et en études sociales de la médecine. En plus d'avoir été directrice artistique des HTMlles 10 | AFFAIRES À RISQUES, festival féministe international d’arts médiatiques + de culture numérique, elle a travaillé à la Fondation Daniel Langlois pour l'art, la science et la technologie, au Conseil des Arts du Canada, ainsi qu’au Studio XX en tant que coordonnatrice à la programmation et rédactrice en chef de .dpi à ses débuts. Elle a été l'une des commissaires de UpgradeMTL (Montréal), dans le cadre du réseau Upgrade! International de  technologie, culture et politique, et a été invitée à agir en tant que co-commissaire lors d’événements présentés par des centres d'artistes autogérés dont Skol, DARE-DARE et Eastern Bloc. Ses écrits individuels et collectifs ont été publiés dans Vague Terrain, esse arts + opinions, Inter art actuel, ETC, livedspace et Le Merle, entre autres. Elle a également été rédactrice en chef invitée pour FUSE et No More Potlucks. En tant que membre co-fondatrice du collectif Artivistic (artivistic.org), elle travaille à l'intersection de l'art, de la science et de l'activisme.

Corina MacDonald est une spécialiste de l'information, développeuse, DJ et productrice de musique. Elle a complété une maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l'information en 2008 à l'Université McGill avec une spécialisation en gestion des connaissances. Ses intérêts professionnels comprennent le rôle des contenus libres, les technologies et les normes dans le renforcement communautaire, les systèmes de représentation des connaissances, l'édition électronique et le patrimoine numérique. Elle a travaillé en tant qu’analyste de l'information pour le Réseau canadien d'information sur le  patrimoine de 2008 à 2010 avant d’oeuvrer comme consultante indépendante dans le cadre de projets culturels numériques. Sous son alias musical Cyan, elle anime l’émission radio modular systems sur les ondes de CKUT 90.3 FM. Elle participe activement à la communauté musicale électronique indépendante de Montréal depuis les années 1990 et fait partie des membres fondateurs des collectifs phoniq, Women on Wax MTL et dark disco. Elle a blogué et écrit sur l'art numérique, la musique et les pratiques d'information pour Vague Terrain, Artengine, art press 2, Leonardo et d'autres revues savantes et professionnelles.

Katja Melzer est commissaire et gestionnaire de projet munie d’un intérêt pour la photographie, l'art public et les collaborations artistiques. Elle a complété sa maîtrise en histoire de l'art, études commerciales et études culturelles à l'Université Humboldt de Berlin en Allemagne. Après ses études, elle a obtenu une bourse du DAAD (Le service d’échange académique allemand) afin de travailler au Ludwig Museum for Contemporary Art à Budapest. Elle a par la suite occupé divers postes autant dans le secteur non-lucratif que commercial de l’art à Berlin et à Budapest. De 2010 à 2012, elle a travaillé pour la Fondation allemande Robert Bosch Stiftung à Pécs en Hongrie. À ce titre, elle a initié et géré de nombreux projets artistiques, éducatifs et interdisciplinaires ayant pour objectif de soutenir la visibilité, la mobilité et la coopération des jeunes universitaires, des artistes et des travailleurs culturels en Europe centrale et de l’Est. En 2011, elle co-fonde Igor Metropol, à Budapest, une association à but non lucratif centrée sur ​​les intersections de l’art visuel, la musique et la culture populaire. Depuis l'été 2012, elle est basée à Montréal et explore la ville et sa diversité artistique et culturelle.

Candace Mooers travaille dans le milieu des médias alternatifs depuis 1995. Rédiger des « zines », animer des émissions de radio communautaire et organiser des spectacles punk font tous partie de son éthique de contre-culture « DIY ». Sa pratique artistique explore les divisions du travail et des cultures de la communication numérique par le biais de la broderie, la récupération d’objets et le papier. Elle a occupé le poste de présidente de l’Association nationale des radios étudiantes et communautaires, de directrice exécutive à la Gallery Connexion (Fredericton) et celui de coordonnatrice à la production des HTMlles 10 (festival féministe d'arts médiatiques + de culture numérique produit par le Studio XX à Montréal). En 2010, elle a cofondé le G20 Alternative Media Centre (Toronto), un espace de travail autonome et temporaire pour plus de 100 journalistes indépendants afin de couvrir les manifestations à partir des points de vue de la justice sociale. Elle a obtenu un baccalauréat en histoire et littérature française de l’Université du Nouveau-Brunswick et a étudié dans le cadre du programme conjoint des cycles supérieurs en communication et culture (Université York et Université Ryerson).

Deanna Radford est poète et auteure passionnée par l'art sonore, la musique expérimentale et le texte. Elle a obtenu un baccalauréat en anglais et en sciences politiques de l'Université de Winnipeg et mène actuellement des études dans le domaine de l'art numérique et du design. Elle a publié un recueil de poésie en 2011 intitulé Building Ground. Elle a contribué, entre autres, aux magazines MUTEKMAG, MusicWorks et Herizons et a joint le comité de rédaction de .dpi en 2011. Elle a été administratrice de plusieurs organismes culturels axés sur les arts et est une partisane des efforts communautaires.