Mission et historique

Mandat

.dpi est une revue féministe d’art et de culture numérique. Basée à Montréal et publiée en ligne, .dpi ouvre un espace de dialogue bilingue et interdisciplinaire pour la réflexion critique, la recherche, l’expérimentation, la documentation et les prises de position et propositions à l'intersection de l'art, des technologies et des féminismes.

Vision

Portée par des personnes critiques, engagées et curieuses, tous genres confondus, .dpi s’intéresse à la réalité des artistes féministes dans la société actuelle, à la formulation collective de discours féministes entourant la culture numérique et à l’examination de la relation entre art, féminismes et technologie.

Puisque le féminisme, tout comme l’art et les technologies, est contentieux ou en constante évolution, il est aussi source potentielle d’innovations. .dpi reconnaît la pluralité, voire les antagonismes, des féminismes et accueille des propositions audacieuses, même polémiques, inscrites dans une perspective anti-oppression.

.dpi se définit comme une plateforme critique, engagée et participative dans une optique de dialogue et de renforcement communautaire. La revue privilégie les points de vue personnels autant qu’elle encourage les approches collaboratives. Au moyen d’un blogue et d’une publication électronique publiée 3 fois par année, .dpi souhaite provoquer des échanges à travers différentes communautés.

Produite avec le soutien du Studio XX, .dpi vise à mettre en valeur le travail de communautés locales, particulièrement celles des centres d’artistes autogérés et des collectifs, tout en incluant des perspectives régionales et internationales.

Historique

Établi en 2004 par Patricia Kearns et soutenu par un comité éditorial comprenant Sarah Brown, Anna Friz, Marie-Christiane Mathieu, Caroline Martel, jake moore et Miriam Verburg, le périodique .dpi est né du désir de créer une plateforme interdisciplinaire créative et intellectuelle où les contributions des femmes aux développement des arts médiatiques pourraient être documentées. Une publication qui contribuerait, à sa façon, à nourrir et à construire une réflexion sur et à travers le Web, participant non seulement à l’histoire mais aussi à la création de pensées cyberféministes.

.dpi signifie « dots per inch » (ppp : point par pouce), mais au-delà d’une résolution numérique, le point du titre et les points pixels évoqués dans le titre .dpi font aussi allusion aux points de couture. Cette idée rappelle à quel point le travail des femmes a constitué le fondement de la pensée et de la visualisation de la matrice des ordinateurs.

Près de 10 ans après, en 2012-2013, .dpi connait une transition importante entrainant une redéfinition complète de sa structure et de son mandat. Bénéficiant toujours du soutien du Studio XX, la revue .dpi devient un projet indépendant et se dote d’une nouvelle plateforme et d’un nouveau comité de rédaction animé par une rédactrice en chef permanente qui devient, désormais, responsable des orientations éditoriales et artistiques de la revue.